foodinfo.tv - la webtélé de l'alimentation

Venez discuter, partager et débattre sur des sujets liés à l'alimentation

banniere dux food forum

Accueil Forums Mieux-être Dans quelle mesure votre alimentation constitue-t-elle une source de stress ?

Ce sujet a 9 réponses, 9 participants et a été mis à jour par  alemax, Il y a 3 années, 5 mois.

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Auteur
    Articles
  • #668

    Dans quelle mesure votre alimentation constitue-t-elle une source de stress ?
    Et quels sont vos trucs et astuces pour faire face à ce stress ?

    #1411

    Marjodjy
    Participant

    Ça me stress de me rendre compte que j’ai des envies incontrôlables qui peuvent être liées au stress, à la fatigue, à mes hormones féminines à certains moments… J’ai beau savoir comment bien manger, c’est un défi de tous les jours!

    #1415

    Marion
    Membre

    Je stresse quand j’ai des semaines trop chargées, que je n’ai pas le temps de faire mon épicerie et de me faire mes repas et que du coup je mange mal, vite, souvent à l’extérieur. Pas bon pour le porte-monnaie ni pour avoir une saine alimentation. Mais je me blâme pour cela, tout est une question de choix, à moi d’organiser mon horaire et avoir toujours des choses relativement saine et prête à me suivre.

    #1430

    Annie
    Participant

    Pour ma part, le stress réside au niveau de la surveillance alimentaire que je dois effectuer compte tenu d’intolérances au gluten (sans être céliaque) et aux produits laitiers. Récemment, j’ai découvert que certaines matières sucrantes pouvaient contenir du gluten… par exemple le glucose. J’ai été surprise! Donc dorénavant, à chaque fois que je lis une liste d’ingrédients et que glucose y est inclus, sans que le produit soit déclaré sans gluten, j’ai un doute! Et puisse que les conséquences sont très désagréables je m’abstiens de beaucoup de choses. Et si je prends un risque, alors j’appréhende toujours le lendemain. J’ai la ferme impression que la réglementation à cet égard est encore bien lousse et c’est très agaçant et stressant. Encore chanceuse que le gluten ne me tue pas comme c’est le cas pour d’autres. Les problèmes digestifs demeurent contrôlables, ce sont les réactions cutanées qui m’incommodent le plus.

    #1479

    Michel Gagnon
    Participant

    Assez stressant lorsque vient le temps de la préparation ou même pour en faire sa liste d’ épicerie. Le budjet, le temps allouer pour bien préparer et surtout quand vient le temps des faims de loup ou encore d’envies difficile à contrôler. Du coup, l’on mange mal et le tout à des répèrcussions sur tout l’organisme. Un peu contracdictoire quand on envisage de rester actif en combinant travail et exercices physiques. Surveiller son alimentation en lien avec des maladies assez grave lesquelles peuvent bien s’ accentuer d’ avantage tel le diabète ou les quelques maladies cardio-vasculaires. Organiser son horaire en conséquence pour mieux planifier ses plats et les heures assujeties. Voilà un défi de taille.

    #1480

    Flightjj
    Participant

    Oui et non. Non car j’adore faire à manger et je cuisine tout pour la famille. Et quand je dis tout c’est tout. Ce qu’il me stress est de constatemment de me demander si je fais les bons choix. Est-ce que c,est bon de manger ca à cette heure ci? est-ce que j’en trop ou pas assez? Est-ce que ma collation est complète? Est-ce bien de manger tel chose après un entrainement? Dois-je utliser tel sorte d’huile pour ma cuisson pour faire le meilleur choix? Ouf! je confirme que sa en fait des questions en une journée.

    #1484

    Melanie
    Participant

    Mon stress vient du fait que je veux cuisiner plus santé, mais j’ai des enfants (4) très bouche fine. En fait, je ne réussis jamais à satisfaire tout le monde. Ils ont une sainte horreur des légumes, ils sont intolérants au gluten (pas coeliaques), mon conjoint aussi mais ils sont accros de la pizza. Donc, je veux arrêter complètement le gluten pour tout le monde, varier l’alimentation et diminuer la consommation de viande, mais c’est très difficile étant donné le peu de collaboration que j’obtiens. Avez-vous des idées?

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 3 années, 6 mois par  Melanie.
    #1486

    Flightjj
    Participant

    Melanie, demande leur de participer ou demande des idées de repas de leur part? Parfois saoeut aider. Pépare toi à L,avance de la pâte à pizza sans gluten et fais la congelé. Au moment des soirées pizza tu n’auras qu’à sortir ta pâte le matin et le soir elle sera prête. coupe pleins de condimente t chacun fera sa propre pizza et tout le monde sera satisfait. :) lâche pas

    #1495

    Katia
    Participant

    Je suis une cuisinière dans un CPE et lorsque je dois cuisiner une collation sucrée, ça me stresse car je sais que je ne saurai résister à l’appel de la spatule pleine de mélange à gâteau. Pire si je cuisine des carrés aux dattes: j’en mange tout chaud sorti du four, j’en re-mange parce que c’est bon. Je re-re-mange un morceau parce qu’il est froid, etc…
    J’ai la volonté de m’entrainer 4 fois\semaine et ce, depuis 4 ans. Mais je suis faible devant la nourriture. Je lis pleins de trucs sur la nutrition et lorsqu’arrive le temps de manger, je stresse car je suis perdu avec les combinaisons alimentaires, si je consomme assez de protéines, etc…
    Je sais que je ne fais pas toujours les bons choix pour mon corps malgré toutes les connaissances que j’ai aquises.

    #1581

    alemax
    Participant

    La réaction la plus courante face au stress est de manger davantage. C’est d’ailleurs la stratégie adoptée par 60 % de la population. En mangeant, les angoisses se calment et les problèmes sont évacués, du moins momentanément. La nourriture, il ne faut pas l’oublier, est le premier lien affectif qui unit l’enfant à sa mère : c’est à travers le sein ou le biberon qu’il découvre le plaisir lié à la satisfaction du besoin. Une « révélation » qui peut perdurer à l’âge adulte ! D’autant que récompenser ou consoler un enfant en lui offrant un bonbon est un acte profondément ancré dans nos civilisations.

    Manger pour se calmer est une réaction « naturelle », elle devient pathologique quand on ne peut pas résoudre ses problèmes et ses angoisses avec un moyen autre que la nourriture. Le chocolat : une réputation usurpée ?

    Au palmarès des aliments les plus utilisés pour l’obtention d’un effet anti-stress, il y a le chocolat. A tel point que tous ses composants ont été soigneusement isolés pour savoir si l’un d’entre eux avait des effets psychotropes.

    Le chocolat contient notamment deux substances, la phényléthylamine et la tyramine, proches des amphétamines. Quand ces composés agissent sur l’organisme, on les retrouve dans les urines. Or diverses expériences ont prouvé qu’après avoir mangé 2 tablettes de chocolat (200 g), on ne détectait aucune trace de ces substances. Autre fait troublant, les saucisses ou les tomates par exemple contiennent davantage de phényléthylamine or aucun de ces deux aliments ne produit les mêmes effets que le chocolat… Les scientifiques se sont intéressés également à des dérivés d’acides gras contenus dans le chocolat et qui aurait des propriétés similaires au cannabis. Mais là encore ces substances sont présentes en infimes quantités.
    Du sucre contre l’anxiété ?

    Les aliments riches en glucides, autres que le chocolat, sont également davantage consommés en cas de stress. Une hypothèse séduisante mais aujourd’hui contestée a été avancée. Les glucides, en augmentant la quantité d’insuline dans le sang, permettent de sécréter du tryptophane, un acide aminé qui est transformé en sérotonine. Or ce neuromédiateur est impliqué dans la lutte contre la dépression et l’anxiété. Mais cette réaction en chaîne nécessite plusieurs heures, alors que le bénéfice apporté par ces aliments est immédiat…Pas d’aliments réellement anti-stress…

    Aucune substance, aucun nutriment ne semble en fait à lui seul expliquer les effets anti-stress de tel ou tel aliment. Par contre une chose est sûre : le plaisir que l’on prend à consommer un aliment que l’on aime provoque une sécrétion d’opiacés endogènes, qui se traduit par une sensation de bien-être et une certaine euphorie. Or les goûts alimentaires de chacun sont variés : nous avons tous nos aliments anti-stress ! Certes, les mets gras ou sucrés ont la faveur de beaucoup. C’est certainement lié au fait que le goût pour le sucré est quasi inné et que les graisses offrent aux aliments onctuosité et saveur. Un mélange auquel il est parfois dur de résister.

    La difficulté consiste alors à limiter les quantités : face au stress, le besoin de compensation et les pulsions seront plus fortes que la raison !

    La bonne stratégie anti-stress

    Pour vaincre le stress, l’alimentation peut-être une précieuse alliée. A condition de ne pas faire d’excès ou d’erreur. Les conseils suivants peuvent vous aider :

    Prenez le temps de manger un vrai repas à table, en favorisant les aliments que vous aimez. Offrez-vous un bon restau de temps en temps ;
    Soignez votre hygiène de vie : mangez équilibré, accordez-vous des bonnes nuits de sommeil ;
    Evitez les grignotages ;
    Mangez « glucidique » (pâtes, riz, féculents, légumes, fruits) : les enquêtes alimentaires l’ont démontré, on ne mange pas assez de sucres lents ;
    Limitez les boissons excitantes : café, thé, coca ;
    Ne noyez pas vos angoisses dans la bouteille. L’alcool est souvent utilisé pour étouffer l’anxiété. Avec un ou deux verres on oublie tout mais l’anxiété refait surface très vite et pour la calmer… on boit. On entre très vite alors dans le cercle vicieux de la dépendance à l’alcool, ce qui évidemment ne résout pas les problèmes au contraire !
    Faites du sport : sortez, courez, marchez c’est prouvé l’activité physique augmente la résistance au stress.

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.